30 Nov

Vendre demain par … Philippe Cahen

Philippe Cahen est prospectiviste ; dernier livre : Méthode et pratique de la prospective par les signaux faibles, aux éditions Kawa.

Question : Un prospectiviste ne prédit pas l’avenir – ça, c’est le rôle des voyants extra-lucides – mais élabore des scénarii … parfois contradictoires : quels seraient les  plus crédibles dans le cadre d’une relance de l’économie dans les mois à venir, la crise sanitaire derrière nous ? Tu as le droit d’imaginer une crise sans fin …

Philippe Cahen : Tu me poses cette question dans un contexte exceptionnel et pour une population de TPE, PME et startups.

Tu me donnes l’hypothèse d’une relance dans les mois à venir. Donc tu élimines la 3ème vague et les suivantes et tu prends comme hypothèse que la maladie Covid-19 s’est éteinte. Soit.

Mais son extinction prend du temps car il faut vacciner les Français. Certains disent que la fin de vaccination sera dans un an, donc fin 2021 …

Je reprends ta question : quels seraient les scenarios les plus crédibles quand ça redémarrera ?

Eh bien comme après une guerre, on va noter les morts et tenter de relever les blessés. Cela veut dire que tout sera bizarre : le tourisme, la culture, l’événementiel, les CHR cafés- hôtels-restaurants, des commerces qui n’auront pas survécus dans tous les domaines, des grossistes et fournisseurs de tous ces domaines, des sociétés ou indépendants de conseils divers, etc.

Et quand le point économique est fait, il faut aborder le point social avec tout de même les fonctionnaires et les retraités qui s’en sortent, le médical, l’informatique, et quelques autres domaines. Tout cela représentant tout de même pas loin de 200 milliards d’épargne forcée. Mais il y a de nombreux chômeurs – on devrait être à 10% au moins, des pauvres et bien sûr des gens aux revenus fortement réduits et une sorte de revenu universel qui se met en place en France, comme dans bien d’autres pays.

Et il ne faut pas nier l’aspect psychologique, une santé mentale fragile pour 10 à 20% des Français.

Comme après une guerre, il faut se remettre au travail. Bien sûr ce ne sera pas du jour au lendemain. Toute l’année 2021 y sera consacrée. Car ne nous y trompons pas, il n’y a pas de D-Day de la reprise ! Il y a une reprise molle et il y a ceux qui attendent cette reprise pour reprendre et ceux qui ce sont adaptés.

Pour prendre un exemple simple, il y a des commerçants et des restaurants fermés pendant les 6 semaines de confinement, et il y a des commerçants et des restaurants qui ont ouvert leur porte, leur ligne téléphonique, leur site Internet. Et ceux qui l’on fait ont réalisé des mois de novembre à 50% voire à 150%. Ceux-là ont un pied dans le futur tandis que les autres en ont un dans la tombe …

Pour le public de cette note, il faut bien se situer avec ce rappel.

Car pour certains, il conviendra de remettre l’activité en route s’ils ont attendu et attendent encore les deux mains le long de la couture du pantalon …

Mais tout de même, il faut enjamber 2021 et se projeter sur 2022 dans un scénario à retenir.

Dans le temps aussi court que suggéré, je propose 3 scénarios.

Scénario 1 : tout est comme avant et la reprise est lente compte tenu des dégâts causés au niveau des entreprises. Ce scénario est possible mais dangereux.

Scénario 2 : le temps perdu des ces deux années se rattrape et notamment, la transition énergétique et la 5G qui seront à mes yeux dominants. Dans cette hypothèse, je laisse à chacun le soin d’imaginer qui s’imposera le plus entre les deux, ou si la bataille continue en fonction de ses propres convictions et en fonction de son métier. C’est le scénario le plus probable.

A ces deux scénarios s’ajoutent l’ouverture aux autres pays. Or la France a déjà pris du retard sur son principal partenaire, l’Allemagne. L’ouverture est économique, sur le tourisme d’affaire et le tourisme général. Il ne faut pas se tromper, le tourisme est un acteur majeur de la vie du pays. Les Chinois vont-ils revenir faire du tourisme en France ? Un salon comme le SIAL attirera-t-il autant de monde (exposants et visiteurs) qu’avant 2020 ? On la vu par exemple à Paris : le tourisme fait vivre Paris ou plutôt, Paris s’est équipé pour le tourisme.

Scénario 3 : les années 20 sont comme les années 20 – 1920 – des années folles ? C’est-à-dire comme une décompensation des ces années lugubres, enfermantes … Le scénario est crédible tant dans l’art, que l’architecture, que la technique avec la 5G, les drones, des robots de toutes sortes et une volonté de verdurisation à outrance. Pour 2022 ? Oui, la pression est trop forte. 2021 sera une reprise molle avec éventuellement des couvre-feux, des transports  encore rares, des pays qui se ferment : la marmite créative peut exploser.

Plus que jamais, il faut chercher les signaux faibles. Allez voir les artistes !!!

Question : Un scénario possible – et même prévisible – est que bon nombre de petites structures (PME, TPE, startups) vont faire feu de tout bois pour refaire du business le plus vite possible … Peut-on imaginer une économie plus solidaire, respectueuse de ses clients comme de ses collaborateurs, ou est-ce une utopie ?

Philippe Cahen : C’est une belle utopie.

Il suffit de se souvenir du confinement saison 1 : les achats directs aux producteurs, de la fourche à la fourchette sans intermédiaire ! Merci à l’alimentation vraie, saine voire bio. Et dès le début du confinement : adieu les producteurs à ma porte, vive les supermarchés.

Certes, il va en rester quelque chose pour ceux qui font leurs achats en vélo (c’est une caricature, bien sûr) car le supermarché est loin et un caddie pour une famille de 2 ou 3 personnes ne rentre pas sur le porte bagage du vélo …

Pour les entreprises c’est autre chose et la période Covid n’a rien à voir. Celui qui avait une ambiance cool l’aura toujours même s’il a été refroidi par des salariés frigorifiés par la Covid. Celui qui était coincé le sera toujours.

Ce qui se passe néanmoins, ce sont des disparitions d’entreprises qui ont souffert des confinements et dont les dirigeants se disent : STOP. Trop près de la retraite pour redémarrer à zéro, j’arrête.

Là oui, globalement, il y aura un rajeunissement des patrons. Et donc peut-être un changement d’ambiance des entreprises, mais très doux, car la bataille va être rude sur un marché globalement réduit et en reprise plutôt lente

Question : Finalement, le monde de demain, c’est un scénario qui va s’imposer … ou une multitude de scénarii contradictoires qui vont coexister ?

Philippe Cahen : Le monde demain, c’est une cocotte-minute qui explose. Donc autant de scénarios.

Pour donner une once de réflexions à nos lecteurs : est-ce qu’ils croient en les énergies renouvelables, je veux dire éoliens et solaires ? Dont le matériel est importé de Chine construits avec de multiples minerais dont l’exploitation est inhumaine, vraiment inhumaine, et les minerais sont quasiment tous en état critique, ce qui veut dire en limite d’exploitation. Et pour aller plus loin : croient-ils en la voiture électrique en remplacement de la voiture thermique ?