07 Juil

Facebook ou la triple peine

Selon une étude américaine dont il est fait écho ici, le taux de visibilité des campagnes vidéos sur Facebook est beaucoup plus faible que sur les autres sites Internet, ce que le réseau social a longtemps essayé de cacher à ses clients : normal quand on engrange plus de 2 milliards d’euros de revenus liés à la publicité par mois !

Pourquoi parler de « triple peine » ? Tout simplement parce qu’avec Facebook, on n’arrête pas de payer … et de se faire avoir !

On paye pour rameuter des milliers de fans vers sa page Facebook : on paye très cher des agences en communication spécialisée pour vous créer des pages sexy, les animer pour attirer des tas de socionautes – quand les agences n’en créent pas des faux pour l’occasion, mais c’est une autre escroquerie.

Vous êtes contents, vous avez fait le plein de fans, et vous allez enfin pouvoir diffuser plein de messages sympas à leur destination ; raté : Facebook, soucieux du confort de ses membres, coupe le débit et de fait, vous n’apparaîtrez que sur moins d’une 1 time line sur 10 … sauf si vous passez en même temps de la pub : c’est la seconde peine, et la seconde occasion pour vous de passer à la banque.

La troisième peine, c’est que finalement votre investissement publicitaire n’est pas aussi efficace de prévu : dommage !

Moralité : ne cédez aux sirènes des médias sociaux puissants, vous courez le risque d’y laisser inutilement votre chemise.